Bienvenue | GALERIE D'ART DOUCE PASSION

Hébert

Adrien RCA

Hébert

Adrien RCA

1890 - 1967

Adrien Hébert naît le 12 avril 1890 à Paris, et décède le 26 juin 1967 à Montréal. Les années de son enfance se partagent entre la France et le Québec, car son père, sculpteur de renom, avait été mandaté pour faire une série de sculptures pour le parlement de Québec. À partir de 1902, Hébert fréquente le Conseil des arts et manufacture de Montréal. Il suit des cours auprès de peintres célèbres tels Edmond Dyonnet, Joseph-Charles Franchère et Joseph Saint-Charles. Il sera aussi l’élève de William Brymner à l’Art Association of Montréal, aujourd’hui le Musée des Beaux-Arts de Montréal.

Sa carrière artistique débute en 1909, alors qu’il expose à l’AAM, au Salon du printemps. D’ailleurs, il y présentera, sur une base régulière, ses œuvres jusqu’en 1954. De 1910 à 1960, ses tableaux seront présentés à l’Académie royale des arts du Canada. En 1918, il collaborera à la revue Le Nigog. Cette revue défendait le modernisme en peinture et en littérature.

Ses premières œuvres rappellent le style de Cézanne. Il fait surtout des paysages et des portraits. Puis, son style plus personnel, celui que nous lui connaissons davantage, se définit. En 1938, il est victime d’un accident et perd son œil gauche. Mais, cela ne l’empêche pas de poursuivre sa carrière de peintre. Hébert peint beaucoup le port de Montréal. Le mouvement que l’on y retrouve et l’architecture de cet environnement le fascinent. L’architecture urbaine sera d’ailleurs une véritable passion pour lui et il la peindra dans toute sa splendeur. Le paysage urbain sera un de ses thèmes favoris. Il se conçoit lui-même comme un peintre urbain. Il représentera abondamment les rues de Montréal remplies de citadins affairés et de voitures en circulation. Sans aucun doute, nous pouvons affirmer que ce fût une véritable histoire d’amour entre lui et la ville.

C’est en 1941 qu’Adrien Hébert est élu membre de l’Académie Royale du Canada. Son statut lui vaut d’être reconnu comme peintre en histoire de l’art. On dit de lui qu’il a laissé sa marque dans la voie vers la modernité en peinture. Il fait partie de la collection du Musée des Beaux-Arts du Québec.

Anecdote intéressante : Un mois après le décès d’Adrien Hébert, le maire de la ville de Montréal à l’époque, Jean Drapeau, offre de ses tableaux du port de Montréal peints par Adrien Hébert, au Général Charles de Gaulle qui était de passage dans la ville pour l’Expo 67.

Demande de renseignements

Artistes