fbpx

Bercovitch

Alexander

Bercovitch

Alexander

1891 - 1951

Alexander Bercovitch est né en 1891 dans une petite ville portuaire près d’Odessa en Ukraine. Il sera considéré comme le père de la peinture juive moderne à Montréal.
Son premier contact avec l’art s’effectuera grâce à une communauté de moines ukrainiens qui lui offriront ses premiers accessoires de peinture. Dès l’âge de 15 ans, son talent sera reconnu dans sa région natale notamment pour la création de décors et de costumes de théâtre. Il élaborera sa formation d’abord à l’École des Beaux-arts de Bezalel à Jérusalem, puis avec d’autres études en arts tant à Munich qu’à Saint-Pétersbourg. C’est au Turmekistan qu’il se consacrera entièrement à la peinture, alors qu’il a déserté l’armée tsariste. C’est ainsi qu’en 1926, il sera aux prises avec les autorités communistes et choisira alors d’immigrer au Canada avec sa famille. Sa vision politique radicale teintera sa vie et sa carrière. Il apportera évidemment avec lui son expérience artistique russe à Montréal, lieu où il s’établira.
Très tôt à son arrivée, il s’intègre dans le milieu en participant à l’exposition annuelle du printemps de 1927 de la Société des arts de Montréal. Sa première exposition solo quant à elle aura lieu en 1933 à la galerie Sydney Carter. Il sera professeur d’art au YWCH durant douze ans et se distinguera plus particulièrement par son rôle de grand critique de la deuxième et de la troisième génération des Peintres juifs de Montréal. Parmi les œuvres clés qui feront son renom, on compte ‘’Laurentian Snow Scene’’ (1938) et ‘’Gaspé : Cliff and Sea’’ (1940). On qualifie son style de vivant, énergique et doté d’une intensité expressionniste en ce qui a trait à la couleur et à la forme. Ses médiums seront multiples : pastel, gouache, aquarelle et peinture à l’huile.
Il fut l’un des membres fondateurs de la Société d’art contemporain et du Groupe de l’Est, composé d’artistes plus nomades, qui émergera en réponse d’opposition au célèbre Groupe des sept, voué lui au nationalisme canadien. Son lègue est grand, mais il aura vécu dans la précarité toute sa vie tant en Russie qu’à Montréal, présent dans une période du marché de l’art prudent et conservateur. Il mourut abruptement d’une crise cardiaque en attendant le tramway alors qu’il se dirigeait à la première exposition qu’on lui consacrait, après 10 ans sans exposition. C’était le 7 janvier 1951.

Demande de renseignements

Artistes