Corno

Corno

1952 - 2016

Corno (Joanne Corneau) est née en 1952 dans la région de Chicoutimi. Elle quittera sa terre natale pour aller parfaire ses études à l’Université du Québec à Montréal. À la suite de l’obtention de son diplôme aux Beaux-Arts, elle choisit de se consacrer à la peinture. La première galerie à la représenter sera Clarence Gagnon à Montréal. Dès la fin des années 80, sa renommée est installée au pays. Prisée des collectionneurs, elle présente des expositions dans plusieurs villes canadiennes.
Femme de conviction et de volonté, c’est en 1992 qu’elle fait le choix osé d’aller s’installer à New-York avec sous le bras son énergie et ses rêves. Elle fera ses débuts là-bas humblement dans son petit studio et en collaborant à des expositions de groupe ainsi qu’à des événements artistiques variés. Plus significatif ensuite sur son chemin, Steuben Glass Gallery sur Madison Avenue à New-York choisira de l’exposer comme elle le fit plus tôt avec les artistes Georgia O’Keefe et Salvador Dali. L’amorce d’une carrière internationale verra le jour lors de son entrée chez ‘’Opera Gallery’’ qui possède 13 galeries à travers le monde. Ainsi, en plus de New-York, Corno sera donc amenée à exposer notamment à Londres, Paris, Venise, Monaco, Hong Kong, Singapour, Séoul et Dubai. À noter qu’il y aura une période où elle sera leur artiste contemporaine la plus recherchée. Cette fois, ce sera pour des expositions solo d’envergure qu’on mobilise son œuvre. En 2006, cette lancée, hors du commun, viendra se poser à nouveau à Montréal, berceau de ses débuts en arts, en créant la galerie AKA qui présentera exclusivement ses œuvres. En 2013, un documentaire de Guy Edoin sur l’artiste Corno témoignera de l’ensemble de sa vie. Musées, collections publiques et privées de par le monde abritent son talent.
Elle initie un style qui lui est propre et qui inspirera un certain courant puisque l’on verra par la suite bien des artistes actuels, du moins au Québec, reprendre son style.
On reconnaît un Corno aux grands formats qu’elle propose, aux torses d’hommes ou aux visages féminins aux lèvres pulpeuses qu’elle peint ainsi qu’aux couleurs vives qu’elle fait se côtoyer. On y reconnaît parfois des portraits contemporains réalisés avec sa gestuelle unique, aux coups de pinceau qualifiés de nouvel expressionnisme. Son œuvre témoigne d’un amour du visage et d’un engagement envers la beauté féminine.
Âgée de 64 ans, elle décède en 2016.

Demande de renseignements

Artistes