Coburn

Frederick Simpson RCA

Coburn

Frederick Simpson RCA

1871 - 1960

C’est dans la petite ville d’Upper Melbourne que naît en 1871, Frederick S. Coburn. Peintre, illustrateur, on lui doit une œuvre très dense, composée de natures mortes, de portraits et d’illustrations. Il étudia d’abord au Conseil des arts et manufactures de Montréal entre 1887 et 1888 ainsi qu’à la Carl Hecker School of Art de New York en 1889 avant de se rendre en Europe l’année suivante où il y reste jusqu’en 1916. Il s’inscrit à l'Académie de Berlin, à l'École des Beaux-Arts à Paris et étudie également à Londres, en Belgique où il acquiert différentes techniques artistiques. Il rencontre aussi sa future épouse, l’artiste belge Malvina Scheepers à Anvers avec laquelle il établit un home-studio dans son village natal à Upper Melbourne. Il acquiert une bonne réputation en tant qu’illustrateur notamment avec la publication illustrée de The Habitant du poète canadien W.H Drummond. Par la suite, ses dessins illustrent de nombreuses œuvres d'auteurs américains, anglais et canadiens comme Louis-Honoré Fréchette, Washington Irving, Charles Dickens, Edgar Allan Poe et Alfred Lord Tennyson pour le compte de la compagnie new-yorkaise G.P Putnam.

Mais il est reste principalement connu pour ses fameux paysages hivernaux canadiens mettant en scène chevaux et traîneaux pour lesquelles il reçoit une renommée sans précédente à l’époque pour un peintre canadien.

Coburn avait une façon unique de traiter l’hiver en peignant des ciels et des nuages lumineux. Le terme Coburn Sky provient notamment de cette technique particulière du peintre. L’imagerie qui se dégage de ses toiles montrant des chevaux tirant des traîneaux rouges remplis de bûches à travers des forêts enneigées et des routes de campagne ensoleillées marqua l'esprit de son époque. Ses peintures contrastent notamment avec ses premières illustrations aux tons plus sombre. À partir de 1900, l’artiste intégra les techniques apprises en Europe tout en se les adaptant. Se focalisant d'abord sur les sujets florales et les paysages printaniers et estivaux des Cantons-de-l'Est, il s’inspira de son ami et mentor Maurice Cullen et de son amour pour l’hiver canadien afin de doter ses œuvres de couleurs vives et puissantes. En 1928, à 57 ans, Coburn est élu membre de l’Académie royale des arts du Canada.

La plus importante collection de l'œuvre de Coburn est exposée en permanence au Musée des beaux-arts de Sherbrooke au Québec. Ses peintures peuvent également être vues dans des galeries, des musées, des expositions itinérantes du Canada ainsi que partout dans le monde, dans des collections privées allant jusqu’au Japon.

Demande de renseignements

Artistes